Un peu de lecture… (article rédigé par Cactus)

LAURELINE OU LE DERNIER RUN

De Thierry Vigouroux Saint-Jacques

Ce roman de 272 pages paru en 2017 nous raconte l’aventure rocambolesque de trois anciens (terme non péjoratif) épris de liberté.
A la lecture du résumé de suite mes pensées se sont tournées vers le fameux film de Gilles Grangier (les vieux de la vielle) avec Jean Gabin, Pierre Fresnay et Noel Noel qui raconte l’épopée de trois copains qui n’acceptèrent pas leur devenir.
Dès la première page nous sommes plongés dans le cœur de l’histoire. Jacques Manchon dit Jack est un ancien biker qui a dû se séparer de sa  moto baptisée Laureline.
Son fils avocat connu et reconnu essai de placer une fois de plus ce père un peu bougeon  dans une maison de retraite. Seulement Jack ne supporte pas l’enfermement et à la lecture du roman on comprendra vite pourquoi. Toujours est-il que dans ce nouveau lieu de vie très très cadré il rencontre deux autres compères, Albert et Melvin, qui comme lui aimeraient bien vivre autre chose et n’ont pas du tout envie de finir en mouroir.
Avec quelques complicités ils mettent au point un plan d’évasion qui devrait les mener vers une destination que certes Jack connait bien mais que les deux autres lascars aimeraient découvrir et pas de n’importe quelle manière.

Ce roman se lit d’une traite une fois la première page tournée. Les personnages pourraient être nos proches, ils sont attendrissants, pleins d’humour, de gentillesses. Vous aimez la moto, l’Amérique, la Route 66, les roads moovies alors ce livre a été écrit pour vous.
L’aventure est de tous les chapitres.Certes certains lecteurs découvriront un monde qui n’est pas celui qu’ils côtoient régulièrement.

Un livre captivant, émouvant, rebondissant, fait d’amitiés que le temps n’efface pas. Il existe même une passerelle avec le roman d’Henri Loevenbruck : ‘nous rêvions juste de liberté’ et il est vrai qu’à un moment j’ai cru que…..j’aimerai tant vous en dire plus…..mais bon…. A méditer  quand même : « ne possède jamais plus que ce que tu peux emporter avec toi » ; « la liberté n’est pas un droit, c’est un sentiment »… Un livre à mettre dans toutes les mains.